Ma solution pour un bébé souffrant d’une IPLV

Suite à de nombreuses demandes sur Instagram en MP, je reviens ici, sur le blog afin de vous parler d’un sujet qui touche de plus en plus de bébé, et par extension leur maman : l’intolérance aux protéines de lait de vache.

Pour celles qui me suivent depuis au moins 2 ans vous êtes au courant que le post grossesse fût assez compliqué pour moi enfin surtout pour Agathe.

Après plusieurs semaines d’allaitement puis un mix allaitement/biberon (et de nombreuses fausses/mauvaises informations de la part) nous appris sa maladie et nous avons du prendre des mesures radicale concernant son alimentation.

Heureusement nous avons eu un vrai Joker dans notre poche : le lait de Chèvre.

ILPV, qu’est ce que c’est ?

IPLV signifie intolérance aux protéines de lait de vache. Ce qui veut dire que l’enfant ne supporte pas les produits à base de protéines présentes dans le lait de vache (peu importe la forme) et présente différents symptômes quand il l’ingère.

L’intolérance est à bien différentier d’une allergie. Les protéines de lait de vache englobent le lait, le fromage, la crème, etc.

Comment me suis-je rendue compte que quelque chose n’allait pas chez Agathe ?

Après avoir allaité ma fille exclusivement puis de façon mixte, et n’ayant surtout pas été assez bien conseillée par une conseillère en lactation, nous avons pris la décision de passer au biberon afin que François puisse prendre le relais lorsque j’étais en déplacement en France ou à l’étranger. Agathe avait 2/3 mois. Une période difficile pour moi qui avait pris un vrai plaisir à allaiter ma fille. Mais cela faisait déjà un bon moment (depuis le premier mois) que je sentais qu’Agathe avait un soucis et même en discutant en consultation avec mon pédiatre (qui clairement pensait beaucoup plus à sa retraite trois mois plus tard qu’au mal être de mon enfant) personne ne voulait m’aider à trouver la solution à ses maux: vomissements en jets, pleurs constants, impossibilité de s’endormir la journée…

Bref je vous laisse imaginer mes trois premiers mois de vie en communauté… C’était moralement et physiquement douloureux pour nous deux.

Je suis certaine qu’Agathe a été intolérante dès sa naissance et malheureusement si j’avais été bien conseillée j’aurai pu continuer mon allaitement en arrêtant moi-même de consommer des produits laitiers et éviter ces maux à ma fille (car oui, cela se transmet aussi par la lait maternel), sauf que ça personne ne me l’avait dit.

Quelle a été la ou les solutions pour remplacer les protéines de lait de vache pour Agathe?
Dès que j’ai su que clairement ce n’était pas possible de continuer ainsi, ni pour Agathe, ni pour moi j’ai contacté de nombreuses personnes. Dont une : Aude, la connaissant bien et sachant que ses filles avaient eu les même symptômes qu’Agathe je lui ai demandé quelles avaient été ses solutions pour sortir de cette période. Elle m’a répondu que ses filles était IPLV: intolérantes aux protéines de lait de vache et qu’il fallait absolument éradiquer totalement le lait de vache sous toutes ses formes de l’alimentation d’Agathe (c’est à dire à 2/3 mois : le lait). Elle m’a conseillé de me rendre en urgence à la Vie Claire et d’aller chercher une boite de PREMICHEVRE. Le lait de chèvre étant accepté par les bébés ayant une IPLV du fait que ce ne soit pas à base de…vache.
Il faut savoir qu’il est tout à fait possible de donner ce lait dès la naissance de l’enfant jusqu’à ses 36 mois. Le lait et lactose de PrémiChèvre proviennent exclusivement de lait de chèvre. Seul Prémichèvre garantit l’absence d’ingrédient laitier issu du lait de vache.
Le DHA, indispensable au développement du système nerveux et de la rétine est bel est bien présent dans ce lait.
Afin de préserver les ressources naturelles, le DHA utilisé dans Prémichèvre provient d’une ressource végétale, durable et renouvelable (sans huile de poisson). Et parce que Premibio a toujours eu le soucis de réduire son empreinte environnementale, Prémibio garantit une absence d’huile de palme pour l’ensemble de ses produits.
Eureka donc, j’ai été sauvée dès le deuxième biberon, car oui, le goût n’est clairement pas le même que le lait de vache. Il est un peu plus fort donc si bébé à été habitué au lait de vache, cela risque de lui faire bizarre MAIS sachez qu’un enfant qui a faim boira son lait, cela mettra peut être que quelques minutes/heures à se mettre en place mais votre petit chéri ne se laissera jamais mourir de faim soyez en sûre (parole de maman qui a bien cru que ça ne marcherait jamais).
Le lait de chèvre donc. Heureusement qu’il m’a aidé celui-ci parce que sans lui, je pense que je n’aurai clairement pas pu tenir et serait finalement allée aux urgences.
Heureusement j’ai pu m’en passer mais je me suis battue corps et âme pour elle jour comme nuit afin de trouver la solution à ses problèmes et ce, sans l’aide (au départ) de professionnels. Bien entendu, une fois que j’ai vu (au bout de 24/48h) que tout allait mieux pour Agathe, j’ai pris illico rendez vous chez une Pédiatre allergologue afin qu’elle confirme ce diagnostic.
Le verdict fût sans appel: Agathe était bien intolérante et avait bien des heures de sommeil à rattraper. J’ai donc changé officiellement de pédiatre et ai laissé l’ancien à sa retraite pour continuer mon suivi avec la nouvelle: une maman de 4 enfants, à l’écoute, et ayant 2 enfants sur 4 atteints d’IPLV. Elle connaissait son travail et ça c’est vraiment rassurant.
Au bout de 24/48h donc, j’avais à la maison un bébé transformé. Qui dormait la journée (contrairement à avant) qui buvait son biberon sans vomir… Bref le rêve! J’ai pu souffler un peu et après trois mois de cris et de pleurs, ça fait du bien!

Agathe est-elle encore IPLV ?

Alors non, elle ne l’est plus mais il n’empêche que nous avons gardé et pris pour habitude de ne pas lui donner tous les jours trop de lait de vache. Elle aime beaucoup le fromage de chèvre frais alors plutôt qu’un yaourt au lait de vache nous lui offrons un petit fromage de chèvre.

Sur les conseils de la pédiatre allergologue nous avons commencé à réintroduire le lait de vache aux 11 mois d’Agathe. Tranquillement en y allant progressivement.

On commence avec un peu de beurre dans le riz ou les pâtes, puis une cuillère de yaourt nature… On a eu beaucoup de chance, Agathe a pu reprendre le lait de vache très facilement, comme si rien ne s’était passé.

Pour le lait en revanche cela à mis plus de temps car elle avait eu le temps de s’habituer à son nouveau lait PREMICHEVRE donc nous avons pendant plusieurs

mois écouté ses envies et ses goûts, elle voulait rester au lait de chèvre ? Très bien on continue.

Aujourd’hui Agathe consomme le matin le Lait de chèvre PrémiBio 3. En revanche quand il est trop compliqué pour nous d’en trouver, ou quand nous sommes chez mes parents, nous lui donnons du lait de vache et il n’y a aucun soucis de son coté.

Nous respectons à 100% les volontés de notre filles, ses goûts, ses choix.

Pour conclure cet article, si vous êtes dans cette situation qui peut paraître compliqué: rassurez-vous il y a des solutions. Au départ on se dit que c’est une épreuve difficile et que toutes les habitudes alimentaires vont devoir changer, être surveillée mais en réalité, ce n’est pas si compliqué que cela.

Je vous conseille évidemment d’aller rendre visite à un professionnel, un pédiatre allergologue au mieux afin d’établir un diagnostic et faire redescendre la pression au sein de votre famille. Ensuite pourquoi ne pas tester le lait infantile de chèvre PrémiChèvre et voir si votre bébé l’accepte ? Je suis certaine que vous serez rapidement surprise du résultat.

2 Commentaires

  1. Sophie
    23 février 2020 / 10 h 46 min

    Bonjour capucine
    Merci pour ton article très intéressant. J’ai une question qui n’a peut être rien à voir. Dans les premiers mois de vie de mon fils Louis (jusqu’à ces 6 mois) nous avons vécu l’enfer car il avait des coliques +++ . Le docteur nous parlait d’immaturité intestinale et que l’on ne pouvait rien faire – il a souffert le martyre et nous sommes passés sur galliagest est ce qu’il y a Une relation entre l’iplv et colique ?

  2. Murielle Delmouly
    30 juin 2020 / 5 h 07 min

    Cet article est super
    Ma fille a 17 ans 1/2
    Elle est sans doute atteinte d’une intolérance au lait de vache mais a son époque très compliqué
    Elle n’a jamais vu de lait manger de fromage et rarement des yaourts et petits suisse
    Le seul fromage qu’elle mange est le fromage râpé et 2 ou 3 morceaux de raclette
    Son papa est originaire de haute Savoie
    Infirmière j’ai très vite compris et je l’ai laissée
    Dommage qu’à cet époque je n’ai pas connu premi chèvre
    Il a fallu que je me barre avec mon entourage les amis pour qu’on lui route la paix
    C’est une enfant très difficile sur le plan alimentaire même si aujourd’hui c’est bcp mieux
    Aujourd’hui elle va avoir 18 ans dans 3 mois et c’est une belle jeune fille avec un caractère bien trempé qui sait ce qu’elle veut .
    Voilà si mon témoignage peut aussi vous rassurer en tant que jeune parent
    Je découvre votre blog aujourd’hui
    J’ai lu quelques post et je pense que je vais vous suivre
    Félicitations pour honoré et profitez bien de vos petits bouts ça passe si vite..,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.